Centre de médecine esthétique, morphologique et anti-âgeTél. 04 90 87 49 00
  • Fils tenseurs à l’acide polylactique : l’effet lifting sans chirurgie

Fils tenseurs à l’acide polylactique : l’effet lifting sans chirurgie

Indiqués chez les femmes et les hommes cherchant à lutter contre les signes du vieillissement sans avoir recours à la chirurgie, les fils tenseurs à l’acide L-polylactique permettent à la fois de rajeunir discrètement et naturellement le visage en retendant les tissus, et de régénérer la peau en relançant la production de collagène.
Peu invasifs (ils appartiennent à la classe des dispositifs injectables) et ne donnant lieu qu’une effraction minime de la peau (piqures d'aiguilles), ces fils comportent des petits cônes à orientation bidirectionnelle qui permettent de maintenir les tissus mis en tension.

L’acide L-polylactique provoque par ailleurs, en se résorbant, une réaction inflammatoire qui booste la production naturelle de collagène.

Les régions du visage les plus couramment traitées grâce aux fils tenseurs à l’acide L-polylactique sont les pommettes, les sillons nasogéniens, les commissures des lèvres, l’ovale du visage (les bajoues) et les sourcils.
Réalisée sous anesthésie locale, la pose des fils tenseurs à l’acide L-polylactique dure de 30 minutes à une heure selon le nombre de zones à traiter. Le nombre de fils à mettre en place varie également en fonction des améliorations à apporter. Généralement, deux fils par côté du visage permettent de traiter les pommettes, les sillons nasogéniens et les bajoues.

Les suites de ce traitement sont mineures. Elles se limitent la plupart du temps à un œdème (gonflement) et des rougeurs temporaires, qui disparaissent en quelques jours.

Il est recommandé, après la séance, de rester au calme, de s’abstenir de tout effort violent et d’éviter de mobiliser son visage (éviter les mimiques, ne pas trop parler, ni rire…).
Pendant trois à cinq jour, la consommation d’alcool, d’aspirine et d’anti-inflammatoires est également déconseillée. L’exposition au soleil et le sauna sont interdits.

Les résultats de l’intervention s’apprécient en quelques jours, une fois que l’œdème a disparu et que les tissus ont retrouvé leur souplesse, mais ils apparaissent plus nettement au bout de quelques semaines.

À la différence des injections de toxine botulique (Botox), la pose de fils tenseurs à l’acide L-polylactique n’altère pas la mobilité des muscles du visage et n’a donc aucun impact sur les expressions du visage.

Entièrement résorbables, les fils tenseurs à l’acide L-polylactique sont éliminés progressivement par l’organisme. Pour en prolonger l’effet, de nouveaux fils doivent être posés au bout de 18 à 24 mois.

A noter : l’acide L-polylactique est un matériau utilisé depuis de longues années pour fabriquer des fils de suture en chirurgie cardiaque, orthopédique, viscérale, gynécologique et esthétique. Son innocuité ainsi que sa capacité à stimuler la production de collagène sont aujourd’hui largement démontrées.

Les conditions de prescription des fils tenseurs à l’acide L-polylactique sont définies par le Dr Eric Piétri au cas par cas, avec le patient. Pour un résultat optimal, ce traitement peut être associé à d’autres techniques médicales de rajeunissement : injections d’acide hyaluronique ou de toxine botulique (Botox), peelings, soins au laser, à la lumière LED ou à la lumière intense pulsée (IPL)… A voir avec le médecin.